Les galeristes qui ont marqué le parcours de Bernard Buffet

Bernard Buffet et l’Asie
février 5, 2020
Les clowns tristes de Bernard Buffet
février 5, 2020

Quand Bernard Buffet évoque son métier, c’est une évidence, il a toujours peint. Dès l’âge de 8 ans, il sait qu’il va devenir peintre. A 15 ans il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. A 18 ans il remporte son premier prix, celui des travaux d’atelier. Un an plus tard, il expose son premier tableau, un autoportrait, au Salon des Moins de Trente Ans à la Galerie des Beaux-Arts. En 1947 l’Etat lui achète un tableau après l’exposition à la Librairie des Impressions d’Art. En avril 1948, il présente une toile intitulée « Le buveur » au Prix de la Jeune Peinture organisé à la Galerie Drouant-David, à Paris. Les discussions passionnées autour de cette œuvre attirent l’attention d’Emmanuel David, un grand marchand d’art et galeriste parisien. C’est le début d’une fructueuse collaboration…

Emmanuel David, premier défenseur de Bernard Buffet

Lorsqu’Emmanuel David entend parler de Bernard Buffet c’est lors du Prix de la Jeune Peinture organisé par la Galerie Drouant-David. La polémique suscitée par sa toile attire son attention. Quelques jours plus tard, il se rend dans l’appartement du jeune peintre de 20 ans et lui propose un contrat d’exclusivité. Bernard Buffet accepte la proposition. Emmanuel David sera à l’origine du succès international de Bernard Buffet. Le galeriste star de Paris partage ensuite l’exclusivité de Bernard Buffet avec un autre galeriste qu’il a formé : Maurice Garnier.

Maurice Garnier et Bernard Buffet, un couple professionnel

Maurice Garnier fait la connaissance de Bernard Buffet au même moment qu’Emmanuel David. D’ailleurs, les deux hommes se partageront l’exclusivité du peintre expressionniste à partir de 1957. Maurice Garnier détiendra l’exclusivité totale de la production des œuvres de Bernard Buffet à partir de 1968. Maurice Garnier consacre une grande partie de son temps à l’artiste peintre. D’ailleurs, en 1977 le galeriste décide de se consacrer exclusivement à Bernard Buffet. Ce dernier étant un boulimique de travail, il créé environ une œuvre tous les deux jours, le galeriste ne cesse de défendre le travail de l’artiste. Maurice Garnier évoquait d’ailleurs sa dévotion pour Bernard Buffet avec beaucoup de lucidité lors d’une interview donnée à Christophe Berteaux : « la phrase de Jean Bouret s’est révélée tout à fait exacte. J’ai consacré ma vie à Bernard Buffet. Ma vie, ma famille, mes enfants, c’était Bernard Buffet ». Même après la mort du peintre, en 1999, Maurice Garnier continuera de mettre en avant les œuvres de Bernard Buffet et se battra pour ouvrir un musée à son nom en France.

Bernard Buffet a toujours suscité des émotions fortes : aimé du public mais incompris et parfois haï des élites, il ne vivait que pour la peinture. Son travail continue de fasciner, et certains galeristes, à l’image de Michel Estades, sont toujours touchés par cet artiste phare du XXème siècle.