Les clowns tristes de Bernard Buffet

Les galeristes qui ont marqué le parcours de Bernard Buffet
février 5, 2020

Artiste expressionniste contemporain, Bernard Buffet a connu son plus grand succès avec ses célèbres toiles de clowns tristes.

 

Bernard Buffet : clown triste ?

Bernard Buffet est un peintre expressionniste français qui s’est notamment rendu célèbre grâce à sa collection de toiles représentant des clowns tristes.

Reconnu pour son œuvre, dès les années 1950 il s’est mis à peindre ses célèbres clowns tristes, en contradiction avec l’image joviale et légère qu’ils sont censés représenter.

Les clowns de Bernard Buffet rencontreront un vif succès et deviendront très vite la marque de fabrique de l’artiste.

Sa collection traduit un point sensible de sa vie personnelle : l’angoisse existentielle dont il a souffert tout au long de sa vie. En effet, plusieurs critiques d’art ont affirmé que la plupart des tableaux des clowns tristes constituaient des autoportraits de l’artiste.

Pourquoi les clowns de Bernard Buffet sont-ils aussi tristes ?

Bernard Buffet réalisa une cinquantaine d’œuvres ayant pour thème les clowns tristes. Ils seront toujours illustrés sur le même paradoxe qu’est tristesse du clown. Sa collection ne laisse personne indifférent et met toujours en exergue la mélancolie et le désarroi dans les traits de tous ses personnages

Ces tableaux représentent des personnages prenant plusieurs visages et expressions différentes, afin de souligner les incessants passages de la joie à la tristesse. Ces peintures traduisent un profond mal être empreint d’angoisse existentielle, aux antipodes de l’univers du cirque dans lequel les clowns évoluent.

En contemplant ses œuvres, le spectateur est alors happé par l’accablement et le désarroi dont émanent ses tableaux, à contrario de l’humour et des pitreries dont les clowns sont sujets.

 

Le paradoxe : marque de fabrique de Bernard Buffet

Les clowns tristes de Bernard Buffet symbolisent des personnages qui d’ordinaire joviaux et heureux, sont dans son univers enclins à une profonde tristesse. Ces toiles sont donc totalement paradoxales avec la réalité que nous connaissons.

 Dans sa peinture, Bernard Buffet n’a jamais cherché à fuir les réalités pour peindre un bonheur imaginaire comme l’ont fait d’autres peintres de son époque. Il peint les clowns de façon contradictoire dont l’objectif principal n’est plus de faire rire mais de susciter une émotion forte et profonde.

L’artiste dépeint cette réalité angoissante, ce qui les a rendus d’autant plus célèbres.

Au-delà des expressions malheureuses des clowns, l’artiste a utilisé des couleurs vives qui sont d’ordinaire utilisées pour évoquer la joie. Dans ses toiles, elles paraissent tout de même ternes afin d’être en adéquation avec la peine de ses personnages.

L’émotion des clowns de Bernard Buffet : tout est dans le regard

Les clowns de Bernard Buffet sont reconnaissables entre tous.

Le premier tableau de sa collection des clowns tristes, dont le titre est « tête de clown », est celui qui assurera le début de sa notoriété.

Le changement d’émotion que suscitent l’observation de sa collection – passant de la joie furtive à une profonde tristesse – sont traduites notamment par les yeux de ses personnages et leur regard.

Bernard Buffet misérabilise son thème en déclinant d’abord des clowns musiciens, puis d’autres clowns évoluant dans un environnement de cirque, de corrida ou de théâtre.

Hormis quelques toiles, tous les personnages de sa collection de clowns tristes sont de sexe masculin mais ont tous le même point commun : un regard accablé doté d’une profonde tristesse.